mardi 5 juin 2018

Une brigade de douaniers en Soule au 19e siècle (III)

La brigade d'Aussurucq, comme nombre de ses voisins, a eu son lot de drames pendant le temps où elle est restée au village. Ainsi apprend-t-on au détour d'une page, qu'un petit Ambroise, né le 28 août 1833 dans la maison Etchandy - celle qui abritait plusieurs familles de préposés - décède à vingt mois le 20 juin de l'année suivante. Son père est le préposé Jean-Pierre Etcheverry et sa mère, Marie Haritchelar. 

La femme d'un autre douanier, Jean Etchebest, met au monde une fille le 9 juin 1845 à Aussurucq. La petite Eugénie-Jeanne et ses frère et sœur aînés, Gabriel et Thérésine, ne connaîtront pas longtemps leur maman : Anne Elissabé meurt un an et demi plus tard, à trente-quatre ans. Je n'ai pas retrouvé le dossier de carrière du père de famille mais il est présent au mariage de sa fille Eugénie à Licq-Athérey en 1866 où il s'est retiré depuis sa retraite et décédera en 1881.  

Le sommier de Jean Capdepont est assez complet si ce n'est l'absence de son lieu de naissance. On sait qu'il est né en mai 1800 et a été maçon avant de devenir douanier. Il commence sa carrière en novembre 1829 à Bidarray, rejoint Aussurucq en février 1833 et y restera jusqu'en novembre 1844, presque treize ans pendant lesquels naîtront trois filles dans la maison Etchandy. En plus de sa femme, Marie Uhart, la famille comptait à son arrivée une fille née Lecumberry et une autre, à Bidarray. 

J'ignore si cette maison Etchandy - dont le nom signifie "grande maison", et il le fallait ! - existe toujours à Aussurucq mais je l'imagine résonner du galop de tous ces enfants dans les escaliers ! L'école publique où mon aïeul Dominique Irigoyen n'exerçait pas encore, a dû se réjouir du bond de ses effectifs. De nos jours, on aurait fermé l'école au départ de la brigade...

Le préposé Pierre Camarez, né en 1807 à Ogenne et marié à Marthe Capdevielle de Lannes, n'est resté que deux ans à Aussurucq entre 1834 et 1836. Sa carrière aura de toute façon été courte puisque son dossier indique qu'il prend sa retraite le 1er novembre 1839 après sept ans et six mois de service. A-t-il préféré reprendre son premier métier de maçon ? Père de quatre enfants, tous nés à Lannes entre 1832 et 1842, seule l'aînée a peut-être fréquenté l'école du village.

Les dossiers ou sommiers* que j'ai pu consulter au Musée national des Douanes de Bordeaux recèlent une foule de renseignements sur nos ancêtres douaniers : état civil, mutations, promotions, brigades de rattachement, traitements, niveau d'instruction, langues parlées (en Pays basque, basque bien sûr mais aussi français, gascon, parfois espagnol ...). 

Le plus cocasse se trouve sans doute dans les caractéristiques physiques. Je découvre ainsi que mon aïeul à la 6e génération mesurait 5 pieds 3 pouces (1,61 m). Ses cheveux et sa barbe étaient châtains, il avait un nez recourbé et un front haut. Sur un autre extrait plus détaillé, j'apprends même que son visage portait des marques de petite vérole !

Exemple de sommier, celui de mon AAAGP 
Quand on se frotte à la généalogie, on découvre très vite que l'exhaustivité est une vue de l'esprit ! J'aurais vraiment aimé reconstituer dans son intégralité la brigade d'Aussurucq durant la période choisie (1832-1848) mais la tâche s'avère trop ardue. Que ce soit aux archives ou au Musée des Douanes, il faut aussi jouer avec les lacunes, les variantes de noms, voire même les dossiers égarés...

A un certain moment, il faut savoir accepter les limites de l'exercice et dans le cas qui nous occupe, avoir plus ou moins retracé le parcours de treize douaniers, en en laissant seulement deux ou trois sur le bord du chemin, n'est déjà pas si mal. Désolée, MM. Léez et Sallaberry si je n'ai pas eu assez d'éléments pour vous rendre vie...
[Fin]

* Je tiens les copies de ces dossiers à la disposition de ceux qui m'en feraient la demande via le formulaire de contact du blog.  

Illustration : Préposé en "petite tenue" (gravure) Musée national des Douanes

2 commentaires: