mardi 7 avril 2015

Quand un Souletin faisait souche en Argentine (I)

Angel Cabanas Oteiza
Après François, candidat malheureux au départ aux États-Unis comme évoqué dans le précédent billet, je vous propose aujourd'hui de suivre les traces de mon lointain oncle d'Alçay, André, parti faire souche en Argentine.

Commençons par les présentations. André Eppherre est né le 1er juin 1842 à Sunharette (commune d'Alçay-Alçabehety-Sunharette) dans la maison d'Harismendy. C'est le premier né du couple formé par Anne Inchauspé (1812-1896) et Raymond Eppherre (1817-1897), mes trisaïeuls, dont j'ai déjà parlé.

Ayant trouvé un Andrès Eppherre âgé de 53 ans dans le census de Buenos Aires datant de 1895, j'avais deviné assez vite qu'il avait émigré. Ce que je ne m'expliquais pas c'était pourquoi lui puisqu’il était selon mes premières recherches l’aîné de la fratrie or traditionnellement, c'était plutôt le lot des cadets. L'explication est venue quand j'ai trouvé l'acte de mariage de ses parents et compris qu'Anne, héritière Harismendy, avait déjà eu un fils d'un premier mariage (lire ici).

Pour en savoir davantage sur les circonstances de son départ, je me suis aidée du site Visas en Bordelais qui rend fidèlement compte de l’émigration au départ de Bordeaux au cours du 19e siècle. On y découvre que le dénommé André Eppherre âgé de 25 ans, laboureur, né et domicilié à Alçay, Basses Pyrénées, a obtenu son passeport à Mauléon le 2  juillet 1867 et son visa, accordé par le préfet de la Gironde, le 5 juillet 1867.

André a embarqué sur le navire Africaine, armé au port de Bordeaux le 4 juillet 1867 (la date d'armement précédait de quelques jours celle de son départ effectif) à destination de Buenos Aires. C'était un trois mâts de 385 tonneaux, commandé par le capitaine Pitel secondé par quinze hommes d'équipage et dont l'armateur était la société de négoce bordelaise Beyssac & Gautier.   

Tout me porte à croire qu'il a embarqué seul encore que je n'ai pas trouvé d'information autre que sa demande de visa sur le site Visas en Bordelais (avec un peu de chance, on a parfois accès à la liste des passagers). Par ailleurs, je n'ai pas trouvé trace d'un éventuel mariage avant son départ. En revanche dans le recensement de Buenos Aires, on note le nom et l'âge de sept enfants présents à ses côtés,  trois filles et quatre garçons :

- Eppherre Maria, 24 ans
- Eppherre Graciana, 24 ans (jumelles ?)
- Eppherre Juan, 22 ans
- Eppherre Pedro, 19 ans
- Eppherre Margarita, 17 ans
- Eppherre Cayetano, 12 ans
- Eppherre Bernardo, 10 ans

(Aucune indication concernant l'identité de la mère, probablement enregistrée sous son nom de jeune fille). 
Census de Buenos Aires de 1897 - Sources : FamilySearch 

D'après ce même census, la famille habitait à Capitán Sarmiento dans la province de Buenos Aires à 145 km de la capitale argentine. Un jour, je ferai des recherches du côté de ces cousins argentins mais ceci est une autre histoire ... 

9 commentaires:

noelle eppherre a dit…

Bravo pou tout ce travail de recherche. Je connaissais que les argentins de l autre branche de ma famille

D'ors et d'arts a dit…

Mes réflexions "à chaud" : Il s'est marié en Argentine. Ses enfants n'ont pas l'air d'avoir des prénoms basques. Ses premières filles ont 24 ans en 1897 donc naissance en 1873 soit 6 ans après son arrivée en Argentine, il s'est marié probablement entre 1867 et 1873. Mais ce n'est qu'une hypothèse ! Bonnes recherches !

La petite poule noire a dit…

Milesker Noëlle !
Cet "oncle" est le frère de mon arrière-grand-père Dominique né en 1851 et le cousin germain du tien (je pense) Raymond né en 1859. Mais comme promis, je reviendrai sur notre lien de parenté...

La petite poule noire a dit…

Bien vu Nath, comme toujours ;)
Encore merci d'avoir remis d'actualité le site sur les visas que j'avais un peu oublié...
Quant aux prénoms, francisés, ils restent des prénoms donnés au Pays basque et dans la famille : Marie, Jean, Gracieuse, Pierre, Bernard... A part le mystérieux Caxeton.
Je parierais quand même pour une épouse basque mais rencontrée là-bas...

D'ors et d'arts a dit…

J'ai trouvé la mère !

D'ors et d'arts a dit…

Le prénom c'est Cayetano ! Epouse Gabriela ARCURUS ou ARCURUX ou ARCURUCH (j'ai trouvé plusieurs orthographes, basque ? Probably

La petite poule noire a dit…

Merci Nath, je viens de lire ton mail :)

Bérangère a dit…

Si j'ai bien tout suivi tu as une arrière-arrière tante (Argentine) qui s'appelait Gracieuse ? J'adore !! La mienne (Flamande) s'appelait Godelieve. Nettement moins glamour. Décidément très bien ce blog "D'arbre en arbre" :-)

La petite poule noire a dit…

@Bérangère, beaucoup de Gracieuse au Pays Basque ... même si toutes ne l'étaient pas...
PS : Ah oui, tu as noté le changement ? J'en étais sûre ;)

Enregistrer un commentaire