jeudi 24 septembre 2015

Une photo vieille de cent ans


©Archives familiales/Mdep
En fin de compte, comme je l'ai écrit récemment à une autre "généablogueuse", rien ne vaut la tradition orale. Forte de ce constat, je suis allée voir cette semaine une autre cousine germaine de mon père qui habite à Bordeaux. Elle m'a promis de rechercher de vieux documents d'époque et en attendant, elle a bien voulu me confier cette photo. Une photo dont mon père m'avait raconté l'histoire.

Elle a été prise en 1915 à Saint-Jean-le-Vieux (autrefois Basses-Pyrénées). Le père de famille est à la guerre et pour lui, pour qu'il emporte un peu d'eux dans son paquetage, son épouse prend la pose avec ses enfants. Ils sont cultivateurs, autant dire que l'événement est rarissime. Ils ne sont pas bien riches mais chacun a sorti ses habits du dimanche pour l'occasion et les trois fillettes arborent un beau nœud blanc dans leurs cheveux bien peignés.  

La petite fille sagement assise sur la chaise, c'est ma grand-mère paternelle, que j'ai déjà évoquée, Marie-Anne. Elle a trois ans (elle est née le 18 juin 1912). Celle qui pose délicatement sa petite main sur le bras de son ama, c'est Eléonore-Marie que tout le monde appelle Maddy. Elle a quatre ans. La "grande" à l'air grave, comme si elle comprenait tout l'enjeu de ce moment inhabituel, c'est Dominica, six ans. Le petit garçon derrière ma grand-mère c'est Bernard (Beñat en basque), deux ans, et le dernier né sur les genoux de sa mère, Martin.

Après eux, la famille s'agrandira pour accueillir une autre fille puis un dernier garçon. Mais j'y reviendrai. Arrêtons-nous un instant sur le père de famille, mon arrière-grand-père, Jean Etchemendy, celui-là même dont j'ai retrouvé la trace récemment. Comme tant d'autres, il est sous les drapeaux. Penchons-nous un instant sur son livret militaire.

Né le 12 mars 1877, il appartient à la Classe 97. Il a été tiré au sort avec le n°53 dans le canton de Saint-Jean-Pied-de-Port mais son incorporation est ajournée par deux fois pour défaut de taille : il mesure 1,53 m ! Il en profite alors pour partir tenter sa chance en Californie...

En 1915, au moment où est prise la photo, il est finalement reconnu apte au service armé. En 1917, il est réformé temporairement pour "asthme et bronchite chronique" puis définitivement en 1919 pour "bronchite emphysémateuse" avec une invalidité de 30%. Je suppose que comme beaucoup de poilus, il a été gazé. Il est dégagé des obligations militaires en 1923, et mourra peu après des séquelles de la guerre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire