dimanche 22 mars 2015

Quand elles faisaient Pâques avant Rameaux

Mauricio Flores Kaperotxipi
Le 22 mai 1833 à Aussurucq, Marie Lohitçun, âgée de 23 ans, épouse Pierre Dargain dit Laxalt, 32 ans, sous-lieutenant des douanes à Abense-de-Haut. Le lendemain, 23 mai, le même Pierre Dargain-Laxalt se rend à la mairie d'Aussurucq pour déclarer la naissance de sa fille Marie (ma trisaïeule) née le 20 ... soit deux jours avant le mariage de ses parents !

A quelques kilomètres de là, à Esquiule, Marie Etchantchu dite Espellet accouche le 5 avril de la même année d'un petit Pierre qui n'est pas son premier enfant. Elle avait d'abord eu un petit Arnaud, né le 18 novembre 1831, alors même que le mariage de ses parents, François Chabalgoity et Marie Etchantchu, avait été célébré ... la veille ! Malheureusement pour le jeune couple, ce premier-né ne vivra que douze jours.

La sagesse populaire a un dicton pour ça : faire Pâques avant les Rameaux. Mais dans les faits, cette pratique était assez courante et pas forcément mal vue. 

Marie-France Chauvirey, déjà citée , nous dit : "Les fiançailles ont été l'époque poétique de leurs amours. Le tutoiement, les baisers, un peu plus peut-être. La décence, la courtoisie au dehors, la liberté à l'intérieur. Liberté et non marivaudage puisque le mariage suivrait. [...] Puis le fiancé fut agréé par ses futurs beaux-parents qui, dès lors, lui laissèrent ouverte la porte de leur maison, même la nuit. [...]

L'eût-il abandonnée, on aurait dit d'elle "qu'elle avait perdu une petite plume de l'aile". Mais il l'a épousée."   

4 commentaires:

  1. J'ai croisé quelques fois des naissances qui suivaient de très près le mariage mais je pense que tu détiens là un record en la matière !
    S'agit-il d'un mariage "forcé" pour réparer la "faute" ?
    Le métier du "fiancé" l'a-t-il tenu éloigné trop longtemps de sa fiancée pour que le mariage ait pu avoir lieu plus tôt ?
    On peut aussi imaginer que Monsieur le Curé est intervenu pour que le mariage se fasse au plus vite, faute de quoi l'enfant ne pourrait être baptisée.
    Et pourquoi ne pas imaginer que Marie ait fauté avec un "inconnu" et se soit vue obligée d'épouser un mari "bienveillant" choisi par ses parents ?
    Nous ne le saurons sans doute jamais et c'est aussi cette part de mystère qui fait le charme de la généalogie !

    RépondreSupprimer
  2. L'expression faire Pâques avant les Rameaux est aussi usitée dans mon Berry natal mais je lui préfère celle qu'emploie ma Maman :
    "Ils se sont mariés derrière l'église"

    RépondreSupprimer
  3. Denis, je pense que l'explication est plus simple, et en partie contenue dans la citation du livre de MF Chauvirey. A partir du moment où le mariage était arrangé et convenait aux parents des deux côtés, ceux de la promise fermaient les yeux sur les visites nocturnes...
    PS : j'aime bien l'expression de ta maman :)

    RépondreSupprimer
  4. Oui Marie, mais mes élucubrations sont bien plus romanesques ;)

    RépondreSupprimer