dimanche 1 février 2015

Où l'idée d'un blog s'impose petit à petit

Ramiro Arrue y Valle
Au fond, j'ai toujours su qu'un jour je m'essaierais à la généalogie. Dans la famille, je suis celle qui retient les dates d'anniversaire, est capable de resituer tel ou tel membre éloigné de la parentelle, connaît les expressions, les anecdotes et les petits récits qui font que chaque famille est unique.  
Après, dans la vie, tout est affaire de moment. A la fin de l'été dernier, j'ai perdu mon emploi. J'aimais beaucoup ce que je faisais et ça a été pour moi un coup dur. Très vite, j'ai voulu trouver une occupation pour meubler mes journées. Un après-midi chez ma belle-sœur a été décisif. Je savais qu'elle reconstituait la généalogie du côté de sa mère - ma belle-mère donc - et la connaissant, qu'elle le faisait avec sérieux et méthode. Je l'ai écoutée, je me suis procuré l'indispensable logiciel de généalogie (Généatique 2014), j'ai fréquenté assidument les Archives départementales des Pyrénées Atlantiques (AD64) en ligne, et je me suis lancée.
Comme je ne fais rien à moitié et que c'est une activité qui s’avère très chronophage, j'y ai vite passé 5 à 7 heures par jour. Un peu comme si j'allais au travail, donc.
Très vite, je me suis retrouvée avec un arbre totalisant plus de 200 noms, avec à chaque fois, acte de baptême, de naissance, de décès et de mariage, voire livret militaire ou preuve d’émigration. Comment ne pas me perdre moi-même dans cet entrelacs d'informations ? Comment faire de ce terreau une histoire vivante que je pourrais faire partager à ceux des miens que cela intéresserait ? 
C'est ainsi que l'idée de ce blog est né. Ceux qui me connaissent bien savent que c'est un moyen de communication qui m'est familier, mon premier blog date en effet de 2007. Mais cette fois, pas de billets d'humeur, pas de récits de voyages, rien qu'une petite plongée dans l'histoire de mes ancêtres. Suivez-moi si le cœur vous en dit...  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire